AccueilAccueil  M. Jack - Site  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Salut toi ! Le staff t'annonce que le forum est actuellement en hiatus. En effet, de nombreuses choses sont en cours de
modifications, sans compter le temps réduit des adminettes. Bref, SHOWDOWN reviendra un jour mais pour le moment,
il hiberne. Au plaisir de vous revoir au printemps !
- Tao & Lydie -

Partagez | .
 

 HÉLOÏSE ϟ Un, deux, trois... Soleil ! Ah non, Lune.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité

MessageSujet: HÉLOÏSE ϟ Un, deux, trois... Soleil ! Ah non, Lune.   Jeu 13 Juin - 17:09

Kevin donna un violent coup de pied dans une citrouille à peine former, l'envoyer rouler à plusieurs mètres de là. Si la journée s'était bien passée ? Non, pas vraiment. Et le pire c'est qu'il n'avait aucune idée de ce qui avait bien pu le mettre dans cet état. Il se sentait juste en colère contre l'univers tout entier et chacun de ses habitants, ces stupides personnes qui vivaient près de lui, chaque jour, à chaque heure. Oh, bien sur, certaines sortaient de l'ordinaire, restaient mémorables et intéressantes mais pour la plupart, non. Les choses se répétaient indéfiniment, les mêmes conversations, les mêmes « salut Kevin, comment va ? » dans les couloirs. Une deuxième bébé citrouille suivit la première, creusant une minuscule tranchée dans la terre du potager. Il s'arrêta finalement au bord d'une plantation de Mandragores et s'assit à même le sol, entre deux plants touffus, en enfouissant son visage au creux de son coude. Il faisait nuit noire, c'était le style et il n'avait pas besoin de porter ses lunettes. D'ailleurs elles étaient restées dans sa chambre d'étudiant, u chaud avec Ian. Ian ? Son colocataire depuis peu, depuis qu'ils s'étaient sauvagement battus dans une chaudière pour un simple malentendu. Ian faisait partie de ces gens qui n'étaient pas trop emmerdants, voire carrément drôles.

CRAAC.
Une masse apparut brusquement sur les épaules du jeune homme qui tomba en avant, à moitié écrasé par... Quelque chose. La chose en question ayant probablement transplané - vu le bruit - et étant humaine - trop lourde pour être un elfe - Kevin se débattit pour s'extraire de ce méli-mélo de bras et de jambes.

« Mais ça va pas oui ? D'où tu transplanes dans les légumes ! »

Bon, peut-être qu'elle avait justement transplané dans le potager en pensant qu'elle n'y trouverait personne. Manque de bol - et Kevin avait rarement de la chance - il était assis sur son lieu d'atterrissage. Se relevant en adoptant un air digne il examina l'intruse et son coeur fit un bond. S'il la connaissait ? Dans un certain sens, oui. Elle était sacrément jolie, avec du caractère et elle avait un métier classe. La base. Il lui tendit la main avec un air très sérieux et s'apprêtait à se présenter lorsqu'il vit passer quelque chose en trombe au milieu des plantes magiques. Il plissa les yeux, fouillant les plantations mais non, rien. Haussant les sourcils il reprit là où il en était.

« Enchanté, Kevin Jorda... »

Là, un truc avait carrément bougé en émettant un doux bruit de feuilles. Kevin s'avança lentement, contournant sans un mot la jolie miss et s'aventura au milieu des plants.

« Attrapez-les ! Pour Mozart ! »

Mozart ? Un truc bondit sur le jeune homme qui tomba - encore - à la renverse. Un chien lui effleura le cou de ses dents pointues, ses yeux brillant d'une lueur on ne peut plus humaine. Un bruit de lutte derrière. Mais... Mozart ? C'était pas un moldu mort depuis trois plombes lui ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar

ADMINETTE ϟ MINISTÈRE

ϟ MESSAGES : 88
ϟ DATE D'INSCRIPTION : 30/05/2013

MessageSujet: Re: HÉLOÏSE ϟ Un, deux, trois... Soleil ! Ah non, Lune.   Jeu 13 Juin - 17:38

Héloïse par ci, Héloïse pas là. Oui, ce boulot était vraiment usant. Elle ferma son bureau – car oui, depuis peu elle avait réussit à obtenir un petit bureau pour elle toute seul au sein du ministère et se dirigea vers la sortie. Enfin un peu de moment à elle toute seule. Elle allait rentrer chez elle et se voir un bon film, un pot de crème glacée sur les genoux et oublier tout les moments difficile de cette journée pourrie. Elle sortit du ministère et se tourna dans tout les sens. Parfois, elle se maudissait d’habiter aussi loin de son lieu de travail. Enfin loin, disons que ce n’était pas une grande sportive et que marcher plus de dix minutes pour revenir chez elle était plus qu’agaçant. Elle ferma les yeux et regretta d’avance ce qu’elle allait faire. Elle avait obtenu son permis de transplange peut être, mais était loin d’être une experte en la matière. Il eu un crac sonore, et la jeune femme disparue.  

Une fois de plus, elle eu envie de s’enterrer à des kilomètre sous la terre. Elle était loin de chez elle et reconnu immédiatement les lieux. L’université où elle n’avait passé qu’un an. Sauf que là, elle était dans le potager du campus et plus précisément, sur un type qui tombait bien mal. Elle rougit jusqu’à la racine des cheveux et fit un bond, se détachant du pauvre type qui n’avait rien du voir venir. Il commença d’abord par se fâcher puis, après quelques instants de réflexion, il commença à se présenter. Ce fut à ce moment là précis qu’Héloïse vit jaillir de nulle part un homme, enfin, plusieurs hommes habillé comme dans les années cinquante. Ils avaient avec eux une espèce de chien vraiment laid et ils s’emparèrent aussitôt du pauvre Kevin. Héloïse leva les bras en l’air, et recula d’un pas, hors de question de se mêler à tout se foutoir. Mozart. Mais d’où il sortait lui ? Quelqu’un lui attrapa sa tignasse et la jeta comme un sac à patate sur ses épaules. Elle débattit et essaya de voir où en était Kevin. Elle essaya d’attraper sa baguette mais un des hommes s’e était déjà chargé. Et voilà, elle ne pouvait pas mieux finir. Dans les bras d’un vieux mec qu’elle ne connaissait même pas, et qui en plus travailler pour un… Mozart ?

Lorsqu’ils s’arrêtèrent enfin de marcher, et qu’ils balancèrent Héloïse et Kevin au sol, elle pu enfin voir où ils se trouvaient. Les bois. Un hôtel qui lui rappelait un pue trop ceux vu dans les films d’aventure comme Indiana Jones et pour couronner le tout, un immense brasier. Combien étaient-ils ? Une dizaine, pas plus. Mais Héloïse sentait déjà que tout ça aller mal finir. En fait, elle se dit aussi que tout ca ressemblait aux caméras cachées….

Mozart !

Héloïse essaya de jeter un coup d’œil à Kevin. Lui aussi était totalement perdu ?

Oh Mozart, roi des amphibiens anoures ! Reviens sous ta véritable forme ! J’appelle les saisons pour te venir en aide ! Vivaldi ! Beethoven ! Bach ! Debussy ! Accepte cette offrande !

Autour de lui les autres se mirent à faire une danse qui ressemblait à de la polka et Héloïse sursauta. Et lorsqu’il les pointa du doigt, leva un crapaud parfaitement répugnant au dessus de sa tête, Héloïse ne pu s’empêcher de râler une nouvelle fois.

Ce n’est pas vrai… Kevin, c’est un rituel débile. Ils vont nous découper et nous jeter dans l’feu. Comment on se sort de là ? Je n’ai pas envie de terminer en… en … Brochette ou je ne sais quoi !

_____________________________________
HÉLOÏSE ▲ SHOWDOWN
can you see the boy who put the hole in my heart, i'm driving through the town by myself in the car. coping in the night like a wolf in the dark.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

MessageSujet: Re: HÉLOÏSE ϟ Un, deux, trois... Soleil ! Ah non, Lune.   Jeu 13 Juin - 21:19

Quelque chose lui frappa violemment la tempe et Kevin tomba à plat ventre, les graviers dessinant des formes assez bizarres devant lui. Le chien lui renifla l'oreille, sa truffe humide projetant un grondement rauque dans son oreille, et quelqu'un lui attrapa le poignet. Mauvais plan. Avec un cri étouffé le jeune homme se débattit, balançant une pluie de points à l'aveuglette. Un « cool, ma poule » acheva de le mettre hors de lui. Un type lui maîtrisa les mains, lui tordant le bras et le poussa devant lui en direction d'il ne savait quoi. La nuit était pratique, surtout quand la Lune était quasiment absente, puisqu'il n'avait pas besoin de lunettes. Toutefois il n'y voyait pas mieux dans le noir et dés qu'ils furent sous les arbres il eut l'impression d'y être véritablement enfermé. Dans le noir. Noir.

« Lâchez-moi, lâchez-moi... »

Supplique presque hystérique mais le noir était une phobie chez lui tout autant que la lumière. Assez paradoxal mais un jour quelqu'un lui avait dit qu'il n'était pas cohérent dans sa façon d'agir. Il trébucha sur un racine et l'homme le releva vivement, visiblement agacé. Et la marche se poursuivit. La seule fois où Kevin tenta de repérer Jolie Miss une main vint claquer sur sa joue et il y renonça. Des voix s'élevèrent et des doigts lui couvrirent brusquement les yeux. Et la marche se poursuivit.

« A genoux. »

La même main le força à s'agenouiller, dévoilant ses yeux, et Kevin étouffa un cri. Un grand brasier brûlait juste devant eux - Jolie Miss était à coté - et la luminosité était... Insoutenable. Il cligna des yeux. Non, rien à faire. Fermant au maximum les paupières et se maudissant d'être si léger quand il s'agissait de ses lunettes il écouta les cris. Mozart... Beethoven. Bach. Debussy. Une secte étrange ?

« Grand Dieu Mozart ! En cette nuit à la Lune voilée, quand votre femme n'apparaît plus dans le ciel, vous allez revivre. »

Un grand « OH » visiblement poussé par les autres types d'une voix rocailleuse se répercuta contre les arbres.

« Ces sacrifiés, un mâle et une femelle, paieront de leur sang et de leur os. Ils seront honorés au-delà de leurs espérances et les Portes de Lumière s'ouvriront pour eux. OH ! »

Kevin tâtonna le sol près de lui et trouva la main de Jolie Miss. Un rituel... Il n'avait vu ça que dans les histoires anciennes ou les feuilletons policier pour moldus. Et les types étaient des sorciers puisqu'ils étaient entrés dans l'université. Quelqu'un d'empara brusquement de son poignet droit et l'entailla avec force, lui arrachant un gémissement. Il sentait le sang couler sur sa main et les larmes lui montèrent aux yeux. Le jeune homme serra convulsivement la main de Jolie Miss, lui écrasant presque les doigts.

« Voici le sang, Ô grand Mozart. Le sang de votre résurrection, ou plutôt les quelques gouttes nécessaires à votre Éveil Premier ! OH ! »

Bon sang, de quoi parlaient-ils ? Un sifflement aigu retentit, vrillant les oreilles du jeune homme qui sentait la chaleur du brasier, non loin.

« Première heure ! L'Éveil Premier ! OH ! »

Ah, parce qu'en plus leur rituel durait plusieurs heures et qu'ils allaient se faire lentement découper.

« Jolie Miss... Faut qu'on se tire. Ils sont où ? »

En fait il ne voyait pas vraiment comment s'enfuir en courant les yeux fermés sachant que les autres étaient plus nombreux et qu'ils y voyaient quelques choses.

« Désolé, j'y vois rien. »

De sa main ensanglanté il désigna vaguement quelque chose en direction du feu. Bonjour les explications mais il priait simplement pour pas qu'elle le plante là et se barre. Les pas se rapprochèrent, se faisant de plus en plus proches, et Kevin eut brusquement l'impression d'étouffer. Son rythme cardiaque s'accéléra rapidement, battant bientôt la chamade au rythme des chants étranges. Il respira l'air à grandes goulées, la chaleur des lieux n'y prêtant pas franchement, et tenta de refouler la crise d'angoisse qui ne manquait pas de survenir chaque fois qu'il se sentait... A l'étroit. Ou dans le noir. Ou la lumière.

« Le sang du sacrifice femelle pour combler le Dieu Mozart.
¬ MOZART ! »

Kevin était certain de n'avoir jamais rencontré de religion où le dieu s'appelait Mozart et où ses prophètes, apôtres, anges ou il ne savait quoi portaient des noms d'artistes disparus. Et il n'avait pas entendu parler de dieu devant revenir à la vie avec des sacrifiés mutilés à petits feux.

« MOZART ! »
Revenir en haut Aller en bas
avatar

ADMINETTE ϟ MINISTÈRE

ϟ MESSAGES : 88
ϟ DATE D'INSCRIPTION : 30/05/2013

MessageSujet: Re: HÉLOÏSE ϟ Un, deux, trois... Soleil ! Ah non, Lune.   Ven 14 Juin - 12:57

Mon dieu. Voilà qu’il leur prenait du sang maintenant… « Réveille toi, réveille toi vite Héloïse, c’est juste un mauvais rêve, un très mauvais rêve, tout cela n’ai jamais arrivé et… » La voix de Kevin la ramena à la réalité. Mince, tout cela était bien réel. Jolie Miss ? Il gagnait un point celui là, la jeune femme adorait être complimenté. Et il ne voyait rien ? Et bien ils feraient avec…  Il lui rattacha les mains et repartit près de son maître.

Ils dansent autour de leur feu de camp là… Et là ben y’a un gros monsieur qui s’approche vers moi et il n’a pas l’air très commode...

Héloïse essaya d’éviter le pire et essaya de se dégager de ses liens. L’homme brandit une espèce de couteau mal taillé et Héloïse était sûre et certaine que c’était le même qui avait servit pour « prélever le sang du sacrifice mâle ».  Non, c’était vraiment dégelasse. En plus d’être timbrés, ils n’avaient aucune hygiène. Il lui attrapa la jambe et la leva comme si c’était un objet tout léger et –pour changer – lui coupa le mollet. Elle lui donna un grand coup de pied dans la figure et s’écrasa au sol. Elle jeta un coup d’œil à Kevin, leur danse semblait s’être interrompue brutalement. « Merde… ». Les hommes ne bougèrent pas pour autant et celui qui tenait au milieu de tout ca bazar, oui, celui qui avait le crapaud baveux dans les mains les regarda avec de grands yeux.

Qui… Qui ose interrompre le grand Mozart ?
Moi. Accio baguette !

Bon, laquelle allait lui venir entre les mains ? Loupé pas la sienne. Mon dieu, elle avait horreur de se servir de la baguette des autres. L’homme qui avait deux minutes auparavant les baguettes entre les mains sursauta et sur le feu de l’action, brisa en deux la baguette de la jeune femme. Merde, il n’était pas si con… Comme quoi il ne fallait vraiment se fier qu’à l’apparence. Elle se redressa et, ayant défait ses liens se jeta sur Kevin, transplaner, au plus vite. Elle fit plusieurs tentative mais sans succès. Ils avaient du lancer un sort pour bannir le transplanage.

On ne peut pas échapper au Grand et Valeureux Mozart !

Encore lui… Ses super hommes de mains avait commençaient à se rapprocher d’eux, prêt à de nouveau les bâillonner ou pire, les découper en morceau tout de suite. Elle se tourna et regarda Kevin. Bon alors, il fallait faire au plus vite, créer une diversion. Rooh, et dire qu’elle voulait être tranquille… Qu’elle aurait pu être chez elle, devant son poste de télévision, si seulement elle n’était pas aussi flemmarde ! Elle pointa sa baguette sur l’un d’entre eux, dans l’espoir de les faire reculer et dans le feu de l’action, lâcha le premier sort qui lui venait à l’esprit.

Amplificatum !

Sauf que ce n’était pas sa baguette, qu’elle ne lui obéissait pas oh non, loin de là, et que le sort ricocha plusieurs fois avant d’atteindre en pleine face le crapaud que tenait le maître de cérémonie entre ses mains. Là, ce fut la panique générale. Lorsqu’ils virent le crapaud qui commençait à peser plus lourd, devenir plus gros, les hommes prirent peur pour leur « Mozart » bien aimé. Héloïse attrapa la main de Kevin et, prenant garde à éviter la lumière trop vive du feu, s’enfui dans les bois. Il ne s’arrêtent qu’après une bonne minute de course. Elle lui attrapa son bras blessé et pointa sa baguette dessus.

Episkey. Je crois que c’est bon, je ne l’ai entends plus…

Une fois de plus, elle avait sans aucun doute parlé trop tard. Un croassement assourdissant se fit entendre et elle sursauta. C’était quoi ça encore ? Elle attrapa la main de Kevin et regarda autour d’eux. Soudain, une patte énorme, enfin une patte, la patte d‘un crapaud, se posa devant eux.

Mon dieu. Kevin. On est foutu.

Faux, elle n’était pas du tout pessimiste, c’était juste qu’elle ne s’était jamais retrouvé en face d’un crapaud géant et d’homme habillé comme dans les années cinquante et qui hurlaient en cœur un truc du style…

Pour Mozaaart ! Gloire et Eternitéééé !

_____________________________________
HÉLOÏSE ▲ SHOWDOWN
can you see the boy who put the hole in my heart, i'm driving through the town by myself in the car. coping in the night like a wolf in the dark.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: HÉLOÏSE ϟ Un, deux, trois... Soleil ! Ah non, Lune.   

Revenir en haut Aller en bas
 

HÉLOÏSE ϟ Un, deux, trois... Soleil ! Ah non, Lune.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Un, deux, trois : TA GUEULE ! [PV Arth]
» Un, deux, trois. Mickey, Donald et moi ♫
» un, deux, trois, toi et moi ; quatre, cinq, six, on est des sis' ! → jane & kath.
» Un deux trois quatre cinq six sept... Québec !
» Un, deux, trois, nous irons au bois [PV Kazeigan]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SHOWDOWN :: Archives des RP-